Prestation Compensation du Handicap : Une loi mal ficelée !

24 Février 2016

Forfait cécité

Actuellement la Maison Départementale pour Personnes Handicapées du Jura, émet un avis défavorable à tout renouvellement ou présentation de dossier concernant cette prestation, ne répondant pas aux strictes critères de la loi de 2005, à savoir : une vision centrale nulle ou inférieure à 1/20ème avec correction.
 
Cette rigueur dans l’application de cette loi, qui répond probablement à des objectifs budgétaires,  a déjà privé plusieurs personnes du Jura de cette ressource qui demeure pourtant essentielle pour compenser le surcoût financier  lié à leur handicap dans leur vie quotidienne.

Mme Jeannette Grondin, actuelle présidente de l’AVH 39, a alerté les pouvoir publics de cette problématique d’évaluation du degré d’incapacité propre à la malvoyance par rapport à la non voyance.

Des courriers ont été expédiés en novembre  2015 à nos trois députés, nos deux sénateurs, à M. le président du conseil départemental et au ministre de la santé.
Nous attendons leur réponse !

Les limites de la loi :

Nous comprenons que la définition de la malvoyance soit confuse. Mais il n’en demeure pas moins que pour les personnes qui en sont atteintes, les écueils qui jalonnent leur vie quotidienne sont les mêmes que pour un aveugle.

Il est évident que pour celles ou ceux qui ont la chance de bénéficier d’une vision supérieure à 1/20ème, cela leur apporte plus d’aisance dans la gestuelle.
Cependant, cet aspect étant reconnu, doit-on considérer ces personnes comme sans aucun degré d’incapacité ?

Nous devons répondre que non et Il nous parait donc important que la malvoyance  soit elle aussi considérée par les pouvoirs publics, comme handicap ayant droit à une prestation compensatrice.